Conseil Municipal des Jeunes

Activités 2015

TELETHON 2015

Le 5 décembre 2015, nous nous sommes engagés avec le Comité des Fêtes, pour le Téléthon.

Nous avons vendu des porte-clés Téléthon, nous sommes allés installer des boites pour la collecte de piles usagées dans les écoles de Meximieux où nous avons essayé de sensibiliser les jeunes à venir nous rejoindre pour ce grand défi. Nous avons également confectionné et vendu des crêpes.

Nous avons eu beaucoup de plaisir à préparer cette manifestation et à aller au-devant des gens dans la ville.

Pour valoriser l’esprit citoyen du CMJ , la coordinatrice départementale de l’A.F.M.-Téléthon,

Madame Marie-Christine MARTINET nous a remis dans l’après-midi un diplômes de l’AFM-Téléthon.

Nous en sommes fiers.

Un grand merci pour cette récompense.

PASSATION DU DRAPEAU DE LA RESISTANCE

Lecture du poème de Marianne Cohn//

JE TRAHIRAI DEMAIN

Je trahirai demain, pas aujourd’hui
Aujourd’hui, arrachez-moi les ongles
Je ne trahirai pas !
Vous ne savez pas le bout de mon courage.
moi, je sais.
Vous êtes cinq mains dures avec des bagues.
Vous avez aux pieds des chaussures avec des clous.
Je trahirai demain. Pas aujourd’hui,

Demain.

Il me faut la nuit pour me résoudre.
Il ne me faut pas moins d’une nuit
Pour renier, pour abjurer, pour trahir.
Pour renier mes amis,
Pour abjurer le pain et le vin,
Pour trahir la vie,
pour mourir.
Je trahirai demain. pas aujourd’hui.
La lime est sous le carreau,
La lime n’est pas pour le bourreau,
La lime n’est pas pour le barreau,
Le lime est pour mon poignet.
Aujourd’hui, je n’ai rien à dire.
Je trahirai demain

Marianne Cohn

BIOGRAPHIE DE MARIANNE COHN (1922 – 1944)

Marianne Cohn est née le 17 septembre 1922 à Mannheim (Allemagne).

Elle agit dans la Résistance à Grenoble et Annemasse, sous la responsabilité de Simon Lévitte, Toto Giniewski, Georges Schnek,
Emmanuel Racine.

Marianne Cohn est aussi une jeune Allemande de confession israélite, ce qui confère à son action un intérêt supplémentaire.

Dès 1942, Marianne Cohn est agent de liaison et participe au service des faux papiers à Grenoble. Le MJS, sous la direction de Toto Giniewski, l’envoie à Annemasse pour succéder à Mila Racine (arrêtée et déportée) et s’occuper du passage des enfants en Suisse.

Le 31 mai 1944, alors qu’elle convoie 28 enfants de quatre à quinze ans, le groupe est arrêté par les Allemands et incarcéré à l’hôtel Pax à Annemasse. Georges Loinger et Emmanuel Racine lui proposent de la faire évader avec l’aide de la Résistance locale.

Marianne Cohn refuse, de crainte que les Allemands ne se vengent sur les enfants qui lui ont été confiés. Par l’intermédiaire de Jean Deffaugt, maire d’Annemasse, Georges Loinger et Emmanuel Racine font savoir au commandant allemand que la Résistance l’exécutera si les enfants quittent la ville. […] Jean Deffaugt obtient dans un premier temps la libération de 17 enfants, puis plus tard celle des derniers.

A quelques heures de la libération de la région, dans la nuit du 3 au 4 juillet 1944, des agents de la Gestapo venus de Lyon emmènent Marianne Cohn et deux autres prisonnières.

Pourtant, affreusement torturée, elle ne parle pas. Elle est assassinée à coup de bottes et de pelles par la Gestapo avant que son corps mutilé ne soit jeté dans une fosse commune le 8 juillet 1944 près d’Annemasse, un an jour pour jour après le décès de Jean Moulin.

Un collège d’Annemasse, une rue de Ville-la-Grand et une école berlinoise d’enfants handicapés portent le nom de Marianne Cohn. Elle nous a laissé un poème bouleversant, « Je trahirai demain ». Elle n’a pas parlé, accomplissant son devoir héroïque. […]

Un après-midi à la Rose d'Or

Nous avons rendu visite aux anciens de la Rose d’or pour partager un moment en chanson. Nous nous sommes d’abord présentés. Ils étaient nombreux à avoir répondu à notre invitation.

Nous avons alterné les chansons de notre époque et celle de la leur. Nous avons été surpris de leur participation.

Cet échange nous a permis de vivre quelque chose d’ « inhabituel » mais de tellement agréable que nous espérons pouvoir la renouveler.

Nous avons terminé cet après-midi avec un goûter gourmand que nous avons servi aux résidents.

Journée à Montrevel-en-Bresse

L’arrivée sur la base où nous avons été répartis dans des groupes d’activités. Certains ont appris à organiser des tournois sportifs, d’autres ont fait une initiation au théâtre… La rencontre s’est terminée par un spectacle de clown qui a retracé avec beaucoup d’humour les temps forts de cette belle journée.

Lors d’une grande réunion nous avons participé à des débats sur la liberté d’expression. Nous avons essayé d’en donner une définition.

Share This